Le Dan Tian

Cet article est une adaptation assez libre d’un document de Sifu Bluestein (http://cookdingskitchen.blogspot.gr/2014/07/dan-tian-in-internal-martial-arts.html). Traduit plus ou moins de manière automatique, la syntaxe est loin d’être parfaite. J’ai aussi volontairement omis des passages dont je ne maitrise pas le sens.

 

Research of martial Arts, l'excellent ouvrage de sifu Bluestein

Research of martial Arts, l’excellent ouvrage de sifu Bluestein

 

Le Dan Tian

 

Le Dan Tian se situe au milieu du ventre, approximativement trois doigts au-dessous du nombril. Dans la pratique, la région désignée sous l’appellation  «Dan Tian» englobe la majeure partie du contenu intérieur de l’abdomen entre le milieu de la ligne de l’entrejambe et le nombril.

Il est impossible de ne pas utiliser la zone du Dan Tian. La musculature dans cette région est impliquée dans la plupart des mouvements complexes que nous faisons dans la vie quotidienne. Par conséquent, la zone du Dan Tian est active dans tous les arts martiaux. Ce qui distingue les arts internes, c’est qu’ils ont des méthodes pour développer un contrôle raffiné sur cette zone. L’utilisation du Dan Tian n’est pas le secret final de tous les arts de combat, c‘est simplement une méthode supplémentaire parmi beaucoup d’autres. Les méthodes de développement du Dan Tian sont plus communes dans les différents arts martiaux que les pratiquants ne l’imagine, elle ne sont simplement pas expliquée comme telle d’où une certaine confusion.

dan-tian

Le développement du Dan Tian permet de générer deux types de bénéfices martiaux:

1. Un volant – cette zone peut être utilisée pour aider à orienter les mouvements du reste du corps. A un niveau plus avancé, on peut se connecter au centre de gravité de l’adversaire, et utiliser son propre Dan Tian pour le diriger.
2. Un mouvement de moteur, la zone du Dan Tian peut initier le mouvement de tout le corps, et ainsi générer de la puissance.


Ces deux objectifs ne sont pas contradictoires. Le Dan Tian est censé fonctionner en douceur à la fois comme un volant et un moteur.

 

Les bases

La première étape du développement du Dan Tian passe par le travail respiratoire. Sans apprentissage d’une respiration profonde et correcte dans la zone du Dan Tian, il ne peut pas être «développé». Abaisser le souffle dans cette zone est simple, et peut être enseigné en moins d’une minute à la plupart des gens. Cependant, maintenir une telle respiration pendant des périodes de temps prolongées peut s’avérer extrêmement difficile, en particulier lors de déplacement. C’est en partie pourquoi, dans les Arts Internes, nous avons des exercices semi-méditatifs répétitifs tels que Zhan Zhuang, la marche en cercle ou « dérouler la soie » (Silk Reeling), qui permettent au corps de s’habituer à la respiration correcte et de construire un corps martial connecté.

 

czl-zhan-zhongChen Xiaowang pratiquant Zhan Zhuang « la posture de l’arbre » (si ça vous fait penser à maho, ce n’est pas un hasard)

En vidéo avec les sous titres en anglais


Lorsque le principe de la respiration du Dan Tian est assimilée par le pratiquant, il va commencer à mieux sentir cette région. La tentative même de respirer correctement crée plus de terminaisons nerveuses dans cette région et augmente sa sensibilité. Cela prend du temps, des mois voire des années. Le stade le plus avancé de la respiration se construit à travers les techniques suivantes:

– Respiration inverse: Apprendre à étendre le Dan Tian tout en expirant, et le dégonfler en inhalant (le contraire de notre modèle respiratoire naturel).

– Dan Tian en poussant: Pousser l’air dans le Dan Tian lors de l’émission de Fa Jin (puissance explosive), pour ajouter de la force. Cela a également l’avantage de protéger l’abdomen si il est frappé au cours de l’attaque, (sous réserve que le timing soit correct) cette technique permet de faire rebondir la frappe voire de blesser l’attaquant. Malheureusement, c’est un stade que la plupart des pratiquants n’atteignent jamais, soit parce qu’ils n’ont pas été assez patients, ou tout simplement parce que cela ne leur est pas enseigné.

Rotation du Dan Tian

C’est la méthode la plus courante d’utilisation du Dan Tian. Il est perçu comme une grande boule déplacé de manière circulaire. Il peut tourner à gauche et à droite, en haut et en bas, et en diagonale. Les cercles sont utilisés comme initiateurs de mouvements du corps entier, et pour donner de l’élan à ces mouvements (le «moteur»). Dans le même temps, les cercles faits avec le Dan Tian sont coordonnés avec les mouvements circulaires du reste du corps (le «volant»), comme le volant d’une voiture manœuvre de loin les mouvements des pneus.

Les rotations du Dan Tian avec une boule de Taiji

Une personne touchant le ventre d’un pratiquant sentira son Dan Tian comme une balle tournante. À mesure que la compétence augmente, le point focal de rotation devient de plus en plus petit. Les années de pratique peuvent conduire à un niveau de contrôle qui peut réduire la taille du point focal manipulé à celui d’une médaille voire la pointe d’un doigt. Avec le temps, le pratiquant nécessite de moins en moins de mouvement du Dan tian pour générer la même quantité de contrôle et d’élan.

Les méthodes les plus courantes pour développer la rotation du Dan Tian impliquent le déplacement des mains d’une manière circulaire qui « entraine » les mouvements du corps et une respiration correcte, le tout exécuté  lentement pour permettre au Dan Tian de prendre le contrôle. Cela est très évident dans des exercices du Chen Taiji Quan’s ‘Silence Reeling’ et Dai Xin Yi ‘Squatting Monkey’.

Le singe qui s’accroupit
Le Dan Tian réagit naturellement mieux aux mouvements circulaires qu’aux mouvements linéaires. Une autre exigence pour construire le Dan tian réside dans la lenteur des mouvements, un aspect fréquemment souligné dans les arts internes. 
Une méthode supplémentaire pour la formation du Dan Tian réside dans l’utilisation de grands poteaux en bois ou de lances. Dessiner des cercles dans l’air avec ces armes est très efficace: le levier qu’ils créent engage la musculature du centre et naturellement suscite la mobilisation du Dan Tian. Certains mouvements spécifiques, comme Lan-Na-Zha à la lance, sont plus efficaces que d’autres dans son développement.

La formation du Dan Tian à travers le travail à la lance

Lorsqu’il est correctement entraîné, le Dan Tian peut être intégré dans la plupart des mouvements (en position debout, à genoux ou même assis).
En conclusion
Vous l’aurez compris, tout n’est pas directement transposable dans l’Aunkai mais des similitudes existent. Cet article à le mérite de poser les bases traditionnelles chinoises du travail du centre, certains aspects étant venu assez naturellement chez moi avec le temps (le fait de relâcher et donc d’étendre la région du Dan Tien lors de frappes par exemple), il m’a semblé pertinent de vous en faire part.
A très bientôt
M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *